Comment dessiner facilement un oiseau aux pastels secs ?

Le printemps revient, les jours s’allongent, le soleil brille et les oiseaux chantent. Inspirons-nous de cela pour sortir nos pastels et apprendre à dessiner l’un de ces petits oiseaux dont le chant nous met de si bonne humeur le matin.

Cours simplifié pour tous les débutants en pastel

Bien choisir son modèle

Qu’est-ce que j’entends par là ? Eh bien tout simplement, le choix de la photo.
Ce ne sera pas facile de faire un dessin d’oiseau « en live », même si c’est votre perruche, votre perroquet, votre poule, votre canard, votre oie ou votre canari de compagnie et qu’il est habitué à vous. Parce qu’un oiseau, ça bouge ! Et ce sera bien compliqué de réussir à le dessiner suffisamment rapidement.

Optez plutôt pour une photo ou une image trouvée sur internet, vous aurez ainsi tout le temps voulu pour perfectionner votre dessin.
Attention aux images sur internet : elles ne sont pas toujours libres de droits ! Si vous dessinez juste pour vous et ne comptez pas partager votre travail sur internet, vous pouvez utiliser n’importe quelle image. Mais dans le cas contraire, il vous faudra soit créditer l’auteur de la photo (c’est-à-dire donner son nom lorsque vus publierez votre dessin), soit prendre une image libre de droits. Il existe des sites qui font office de bibliothèques d’images libres de droits, comme Pixabay par exemple.

Choisissez une image simple, avec peu de décor ou un décor simple, cela sera plus facile de dessiner l’oiseau.

Attention à la qualité de la photo, choisissez-en une où l’on voit bien les détails des plumes, de la tête, de l’œil, du bec et des pattes.

Pour commencer un dessin facile, en matière d’espèces d’oiseaux vous avez le choix : vous pouvez opter pour un grand oiseau comme un albatros, un grand cormoran, une cigogne, un cygne, un flamant rose, un busard, un pygargue, une autruche, un condor ou même une harpie.
Ou vous pouvez choisir de faire un petit oiseau mignon, comme un colibri, un chardonneret, un roitelet, une hirondelle, un bruant…

Outre la taille, vous pouvez faire votre choix selon la couleur en sélectionnant un oiseau qui vous fera travailler les nuances de noir, comme un merle, un corbeau, un étourneau, une pie, un manchot ou une corneille. Dans la catégorie des oiseaux exotiques qui vous aideront au contraire à travailler les couleurs, vous avez le paradisier, le macareux, le canard mandarin, le guêpier, le paon, ou encore le toucan pour son bec si familier. Les passereaux sont de bons cobayes pour commencer, car leur forme est assez caractéristique et on les connait généralement bien. Rouges-gorges, mésanges, moineaux, grives, rossignols, merles, pouillots, … il y en a pour tous les gouts. Ici, je vais prendre l’exemple de cette belle sittelle torchepot posée sur sa branche fleurie.

Elle a l’avantage de ne pas nécessiter beaucoup de détails au niveau du plumage, et d’être aisément reconnaissable par ses couleurs caractéristiques. Mais la technique sera similaire peu importe votre modèle.

Vous pouvez réaliser ce tableau avec le replay gratuit de l’atelier en ligne : c’est ICI 

 

 

Le fond … avant ou après l’oiseau ?

 

Si votre arrière-plan est très coloré et couvre toute la feuille comme c’est le cas ici, je vous conseille de le faire avant l’oiseau, pour que l’animal passe bien au premier plan. Sinon vous aurez du mal à faire les raccords entre l’oiseau et le décor, et on n’aura pas l’impression que l’oiseau est au premier plan.

Si par contre des éléments viennent devant l’oiseau sur l’image (des branches d’arbres qui passent devant lui, ou des feuilles qui débordent sur son plumage par exemple, alors ce sera plus facile de dessiner ces éléments après l’oiseau. Prenez ces zones en compte au moment de faire votre croquis, et laissez les vides lorsque vous dessinez l’oiseau. Vous pourrez revenir sur ces zones plus tard pour ajouter les couleurs, une fois que l’oiseau sera terminé.

Si vous débutez vraiment au pastel, commencez par ne faire que le sujet principal, donc l’oiseau. Ce sera un exercice suffisamment complexe au départ, vous pourrez vous entrainer à faire des fonds plus tard. Il existe des papiers de couleur, qui donneront un beau rendu final sans nécessiter de peindre un décor autour de l’animal.

 

Commençons par le croquis

S’entrainer et corriger

Le croquis est une étape importante et difficile à acquérir. Même si vous réussissez à la perfection tout le plumage, si votre croquis est disproportionné, alors l’oiseau sera méconnaissable. En cas de difficulté, vous pouvez vous entrainer sur une feuille de papier classique avec un crayon papier. En gommant, vous pourrez alors facilement corriger vos erreurs et réessayer.

Une fois que vous avez pris le coup de main, vous pouvez passer au pastel sec, sur papier pastels, Rassurez-vous, les erreurs peuvent être corrigées au pastel ! C’est juste un peu plus délicat, il vous faudra retirer le surplus de pigments avec un petit pinceau, puis remettez du pastel. Attention à ne jamais utiliser de gomme classique avec du pastel sec, ou vous risquez d’abimer votre papier et laisser d’affreuses traces noirâtres… ce serait bien dommage !

 

Comment proportionner son croquis ?

Il existe plusieurs techniques pour apprendre à proportionner facilement votre dessin d’oiseau. Je vous en développe plusieurs dans mon article dédié au dessin animalier . Le mieux est de les tester pour choisir celle qui est la plus adaptée pour vous. Ici je trouve que la technique des formes géométriques s’adapte bien, voici ce que ça donnerait par exemple :

Une autre stratégie assez facile est de juste dessiner les contours de l’oiseau dans un premier temps. N’entrez pas dans les détails, faites simplement le contour dans un premier temps, et la ligne qui se dégage des couleurs de l’oiseau. Une fois ce contour bien proportionné, vous pourrez ensuite entrer dans les détails.

Ajouter des détails au croquis

Vous pouvez commencer à affiner en ajoutant des détails par rapport à la première esquisse. Pensez bien à changer de couleur de pastel selon le type de détail que vous ajoutez : du bleu pour les futures zones bleues, de l’orange pour les zones qui seront orange, etc…

 

C’est le moment d’ajouter les couleurs

Commencez par prendre le temps d’observer l’image

On gagne beaucoup de temps (et on évite des erreurs) en prenant le temps d’observer correctement une image de référence. Ici, on constate que le bleu du dos et de la tête est relativement uniforme. Au niveau de l’aile, on retrouve une pointe de violet, correspondant aux ombres entre chaque plume. Les plumes des ailes, appelées rémiges (je vous fais un cours d’ornithologie au passage, quelle chance !) sont longues et pourront être représentées uniquement par de longs traits. Au niveau du ventre, il y a des zones blanchâtres, orange clair et orange foncé. Attention à cet orange foncé, il ne faut pas que ce soit rouge car cela pourrait donner l’impression que l’oiseau est blessé. Donc on privilégiera des mélanges de couleur pour les ombres. On voit également des pointes de gris-bleu par endroits, au niveau de la poitrine mais aussi à la base des pattes.

Maitriser les couleurs et le geste

Travaillez étape par étape avec soin pour faciliter votre progression. Dessiner un oiseau u n’importe quel autre animal nécessite plusieurs couches : on ajoute d’abord la couleur de façon assez uniforme, avant d’apporter les détails. L’idéal est de commencer en haut et de descendre progressivement, pour éviter d’étaler les pigments avec la paume de votre main et salir la feuille. Sinon, vous pouvez utiliser une feuille de papier cristal pour pouvoir poser la main sur votre dessin sans le salir, et avoir un geste plus précis. N’utilisez pas de papier classique, qui accrocherait les pigments et salirait votre feuille.

Travaillez dans le sens des plumes. Certaines plumes, par exemple au niveau du bec, ont un effet ébouriffé. En reprenant cet effet, vous donnerez facilement un rendu plus réaliste à votre dessin d’oiseau.

Gardez en tête qu’il y a deux façons de donner du volume à un élément (ici, les plumes) : ajouter des ombres pour « enfoncer » certaines parties, et mettre de la lumière sur les zones qui doivent ressortir. Ici, l’oiseau étant bleu, vous pouvez utiliser du gris de Payne pour les ombres. Sinon, pour les autres couleurs, privilégiez des mélanges de couleurs ou du gris teinté. N’utilisez pas de noir, cette couleur a tendance à ternir les dessins.

Ajoutez ensuite des touches de blanc pour les zones de lumière sur les plumes, c’est ce qui les fera ressortir par rapport aux ombres. Gardez un blanc très clair pour la fin en utilisant un pastel bien couvrant, comme le blanc de Scmincke. Je pense par exemple au blanc de l’œil, qui donnera l’effet humide, et donc réaliste, à cet œil.

 

S’entrainer pour s’améliorer

Savoir dessiner est rarement inné. Certains ont des facilités, d’autres en ont moins. Mais une chose est sure : on s’améliore en s’entrainant. Commencez par des exercices faciles, comme cet oiseau. Faites votre dessin, puis prenez du recul et notez les défauts que vous voyez. Est-ce au niveau du croquis ? Des couleurs ? Du volume ? Puis recommencez l’exercice et axez votre travail sur les points que vous souhaitez améliorer. Si c’est un problème de croquis, vous pouvez vous entrainer au crayon à papier sur un brouillon pour éviter de gâcher du matériel de pastel.

Vous pouvez vous entrainer également avec d’autres oiseaux. Variez le niveau de difficulté facilement en dessinant simplement des oiseaux différents : un pingouin, un corbeau, une chouette avec de grands yeux, un hibou avec ses aigrettes, un mandarin et ses drôles de couleurs, un aigle au regard perçant, un vautour… Privilégiez d’abord des animaux statiques, avant d’envisager des niveaux moins faciles et dessiner des oiseaux en mouvement comme une buse qui s’envole, un faucon qui fond sur sa proie ou encore un envol de pigeons parisiens. Pour finir, vous pouvez vous entrainer avec des oisillons. Ces modèles sont difficiles parce qu’il y a des zones avec et sans plumes selon l’âge, et quand ils ont leur duvet de poussin ils sont tout ébouriffés.

Apprendre en autodidacte est bien, mais pour progresser il faut parfois avoir les conseils d’un professionnel. Pour cela, vous pouvez visiter la page dédiée à mes ateliers de dessin. Vous y découvrirez mes cours, qui sont adaptés à tout type de niveau et vous aideront à progresser pas à pas, à votre vitesse. Vous pourrez également vous amuser à changer de style, pour travailler à la façon de peintres comme Van-Gogh, Gauguin, Cézanne ou encore Picasso… Après tout, en art tout est permis !

 

Vous pouvez réaliser ce tableau avec le replay gratuit de l’atelier en ligne : c’est ICI 

Conclusion

Résumons ce qui a été dit dans cet article. Pour dessiner facilement un oiseau aux pastels secs, il faut :

  • Choisir la bonne photo de référence
  • Réfléchir au fond avant de commencer l’oiseau
  • Faire le croquis avec des crayons pastel de couleur adaptée
  • Ajouter les couleurs
  • Obtenir l’effet de relief avec les ombres et les lumières
  • Ajouter les détails blanc finaux avec un blanc couvrant
  • S’entrainer !

Et voilà, du bout du bec au bout des pattes, vous savez tout sur l’art de dessiner un oiseau facilement aux pastels secs. Envie de progresser plus vite et tout savoir sur le dessin au pastel sec ? Rendez-vous sur la page dédiée à mes ateliers de dessin. Vous y découvrirez mes cours, et apprendrez des notions telles que le point de fuite ou encore la perspective. En étant conseillé directement par moi-même, vous verrez l’évolution de votre technique de dessin jour après jour.

 

Apprendre à dessiner facilement la campagne aux pastels secs

Du ciel à l’herbe, toutes les étapes pour réussir votre dessin

Ici, point de mangas, de Pokémons, de Reine des Neiges ou de super-héros. Vous ne croiserez pas non plus de fées, de princesses, de sirènes, de pirates, de licorne ou de dinosaures. Le sujet que je vous propose aujourd’hui est beaucoup plus terre à terre et parait au premier abord très facile : un dessin réaliste de campagne.

Mais dessiner un paysage de campagne, c’est certes facile pour les personnes expérimentées… ça l’est beaucoup moins pour les débutants.

Cet article s’adresse à tout le monde, enfants comme adultes.  Je vous explique toutes les étapes pour pouvoir dessiner facilement une campagne constituée d’un ciel, d’herbe et d’un chemin. Il s’agit ici de découvrir les bases : par quoi commencer, dans quel ordre peindre les différentes parties, et quelles couleurs utiliser. Une fois que vous maitriserez déjà ces quelques étapes, il vous sera facile de passer au niveau supérieur de votre dessin de campagne en ajoutant d’autres éléments dans votre composition.

Avant de commencer

Quel matériel pour débuter ?

Voilà une question qu’on me pose très souvent. Pour y répondre, je vous invite à regarder mon article dédié aux débutants en pastel sec : Vous y trouverez mes conseils sur le choix des pastels, du papier, ainsi que plein d’autres conseils très utiles.

Côté couleurs, pas besoin d’une panoplie complète. C’est bien d’avoir deux tons pour chaque couleur. Par exemple, du bleu clair et du bleu foncé pour le ciel, du vert clair et du vert foncé pour l’herbe, etc… Cela vous permettra d’ajouter des ombres et lumières aux différents éléments, et de vous faciliter le choix des couleurs pour dessiner votre campagne. Sinon, vous devrez simplement faire plus de mélanges pour obtenir des variations de couleurs. Mais cela demande de maitriser un peu plus les mélanges de couleurs et leur utilisation.

Je vous recommande également d’avoir du blanc de Schmincke, qui est très couvrant et donc très utile pour ajouter des nuances de blanc tout à la fin. Vous trouverez ce pastel dans n’importe quel magasin de beaux-arts ou de loisirs créatifs.

Choisir l’image

Le choix de l’image est primordial dans le dessin. Si vous choisissez une image trop compliquée alors que vous êtes débutant, vous aurez du mal à faire un joli dessin et serez déçus, au risque de vous décourager par la suite. Acceptez vos faiblesses, on a tous débuté un jour.

Choisissez donc pour commencer une image simple, avec peu de détails de type maisons, arbres, fleurs, etc… qui facilitera votre dessin de campagne. Les prairies, même sans détails de fleurs, sont déjà un bon exercice pour apprendre à faire des dégradés de vert pour l’herbe, et de bleu pour le ciel. Lorsque vous maitriserez les dégradés, vous pourrez ensuite apprendre la perspective en dessinant des bâtiments, ou perfectionner votre technique en dessinant un lièvre.

Comprendre ce que vous dessinez

Prenez le temps de regarder la photo de référence. Avant de vous lancer, il est toujours important de vous poser quelques secondes (voire quelques minutes) devant l’image et prendre le temps de regarder tout ce qui peut vous être utile. Quelles sont les différentes couleurs que vous voyez ? Quelles sont les zones d’ombre, les zones de lumière ? Comment est la perspective ? Y a-t-il des zones floues et d’autres nettes ? Etc… Faire un dessin ne veut pas dire reproduire simplement ce que vous voyez, il faut aussi comprendre pourquoi. Plus vous comprendrez ce que vous dessinez, plus vous progresserez. Ce sera alors facile pour vous de dessiner une campagne ou n’importe quoi d’autre sans image de référence, car vous saurez comment obtenir du relief, avoir une bonne perspective, attirer l’œil du spectateur, combiner les couleurs, etc…

 

Etape 1 : faire un croquis

Pour dessiner facilement le croquis de votre campagne, prenez des pastels durs tels que les carrés contés ou encore les crayons pastel. Ils vous permettront d’avoir plus de précision dans vos traits. Ils ne s’estompent pas : si vous souhaitez gommer, utilisez une gomme spéciale appelée gomme mie de pain. Elle permettra d’enlever la couleur en tapotant, sans laisser de traces grisâtres sur le papier.

Commencez votre esquisse en dessinant le contour des éléments qui se délimitent du ciel. Faites de préférence cette partie du croquis en bleu, car on commencera ensuite par dessiner le ciel. Cela vous évitera de mettre du vert ou une autre couleur dans le bleu du ciel. Passons ensuite aux autres éléments : des fleurs, des arbres qui se détachent de l’herbe, ou encore un petit chemin de promenade. Changez la couleur de votre crayon selon le type d’élément que vous dessinez : si vous faites le croquis d’un arbre, dessinez-le en vert, et ainsi de suite. Ne dessinez pas les petits éléments et détails, comme par exemple des fleurs, des arbres ou des maisons au loin, ils seront rajoutés plus tard. Par contre, si l’un de ces éléments est très gros car proche de l’observateur, alors il faut le prévoir dès maintenant. De même pour n’importe quel sujet : chat, chien, renard, promeneur, plante, bâtiment, etc…

En parlant de perspective, prenez bien en compte la position de l’observateur par rapport au dessin : si vous dessinez un chemin qui se rapproche de vous, il doit être plus large quand il est près de vous, et rétrécir au fur et à mesure qu’il s’éloigne. Par ailleurs, il faudra prévoir les bordures : un chemin n’est pas juste une zone beige ou marron au milieu de l’herbe, il y a du relief sur les côtés car l’herbe est plus haute que le chemin. Pensez donc à regarder ce genre de détails et voir où vous devrez appliquer des nuances sombres ou claires pour donner du volume à votre dessin et faire comprendre quels éléments sont au-dessus des autres.

 

Etape 2 : dessiner le ciel

Le ciel n’est pas la partie la plus facile dans le dessin de campagne, mais c’est un bon exercice. Si vous débutez complètement en dessin, vous pouvez faire simplement un ciel bleu. Sinon, ajoutez quelques nuages blancs pour complexifier un peu l’exercice.

Commencez par colorier les zones très claires, comme le blanc des nuages. Même si vous voyez peu la couleur dans l’immédiat, elle sera utile par la suite au moment d’ajouter le reste et de créer les dégradés de couleur. Dessinez ensuite les parties bleu clair, et enfin le bleu foncé.

Notez que le ciel est toujours plus clair en bas par rapport à en haut. Travaillez à l’horizontale, car même en estompant on verra toujours le mouvement que vous avez fait, et il doit suivre l’orientation naturelle des éléments que vous dessinez.

Il est ensuite temps de commencer à estomper en utilisant tout simplement vos doigts. Partez des zones les plus claires pour aller vers le foncé. Ne vous inquiétez pas s’il manque du pastel par endroits, vous pouvez revenir ajouter plusieurs couches jusqu’à obtenir l’effet souhaité. C’est utile notamment pour le blanc, car en estompant vous allez forcément mettre un peu de bleu dedans. C’est alors bien de remettre du blanc dans une seconde couche, pour éclaircir au maximum la zone. Le pastel blanc de Schmincke est particulièrement efficace pour cela. Recommencez l’exercice aussi souvent que cela vous semblera nécessaire, jusqu’à avoir le ciel qui correspond à vos attentes.

 

Etape 3 : l’herbe et les fleurs

Commencez par les zones limitrophes avec le ciel. Recouvrez bien les zones où le bleu du ciel a éventuellement pu déborder. Vous pouvez ensuite colorier les différentes zones de couleur : zones claires, zones sombres, grosses fleurs, gros arbres etc… Comme pour le ciel, ajoutez toutes les zones de couleur sans vous soucier des détails : vous pourrez les ajouter plus tard par-dessus la première couche de pastel.

Pensez aux nuances de jaune dans l’herbe, là où le soleil vient éclaircir les brins d’herbe et leur donner de la chaleur. Les zones dans l’ombre auront au contraire plutôt des nuances de bleu ou d’autres couleurs froides.

Ajoutez ensuite les détails. Plus l’herbe est proche de l’observateur, plus elle sera détaillée. Les brins d’herbe qui sont au loin ne doivent pas être détaillés, et rester flous. Profitez-en pour rajouter les détails qui dépassent sur le ciel, comme de petits sapins au loin en haut d’une colline, ou de petites maisons par exemple. Le ciel étant terminé, vous pouvez rajouter tous les détails que vous souhaitez par-dessus le bleu sans risquer d’abîmer ce qui a déjà été fait. C’est donc le moment de placer les arbres au sommet des collines, les petites maisons, les fleurs dans l’herbe, etc…

 

Pour aller plus loin

Si ce premier dessin de campagne vous a paru trop facile, vous pouvez « corser » un peu en améliorant le détail des brins d’herbes au premier plan. Travaillez sur les ombres entre les brins d’herbe, et sur la lumière qui vient les éclairer en surface. L’herbe est une partie relativement difficile à faire lorsqu’on entre dans les détails, et ce peu importe le médium utilisé (feutre, aquarelle, acrylique, peinture à l’huile, fusain, etc…).

Vous pouvez également relever facilement le niveau en dessinant une campagne avec des animaux : lapins, buses, campagnols et autres animaux viendront ajouter de la couleur et de la vie à votre composition. Changez également de type de campagne : dessinez simplement des champs de tournesols ou des prairies fleuries. Marguerites, coquelicots, bleuets, pissenlits et pâquerettes pourront ainsi égayer votre création. Vous verrez que le travail prend une tout autre dimension lorsqu’il y a des détails de fleurs à faire.

Enfin, vous pouvez facilement rendre votre dessin de campagne plus complexe en changeant simplement la temporalité : faites un paysage avec un coucher de soleil, essayez-vous aux étoiles en le représentant de nuit, ou changez carrément de saison en dessinant votre campagne l’hiver ! Ça semble facile de simplement tout recouvrir de neige, mais ne vous y méprenez pas … C’est encore plus difficile de donner du relief et donc du réalisme à toute cette neige. Vous pourrez également vous amuser à rajouter un bonhomme de neige ou encore un traineau de Père Noël, pourquoi pas ! Avec quelques citrouilles et des tons plus orangés, voici que votre paysage se retrouve à Halloween. Au contraire, avec quelques œufs coloriés, un lapin et des cloches volantes, vous voici à Pâques. Si vous décidez plutôt d’ajouter un éléphant, un lion, une girafe et quelques zèbres, nous voilà partis en Afrique ! Laissez vagabonder votre imagination et parler votre créativité, dans l’art tout est permis.

 

Conclusion

Dessiner facilement une campagne nécessite plusieurs étapes qu’il faut prendre le temps de réaliser correctement et surtout dans le bon ordre :

1 – Commencez par choisir une image de référence simple et à votre niveau

2 – Tracez le croquis sans entrer dans les détails

3 – Dessinez le ciel en commençant par les zones claires

4 – Ajoutez la prairie en utilisant les couleurs adaptées

5 – Finissez par les détails : maisons, arbres, fleurs, …

Si vous rencontrez des difficultés pour réussir les dégradés du ciel, de l’herbe, ou encore choisir les bonnes couleurs, retrouvez gratuitement quelques conseils ici.

Vous pouvez également regarder les autres articles de mon blog et découvrir comment dessiner d’autres paysages, apprendre à dessiner des animaux en partant de formes géométriques simples comme des cercles, des ovales et des triangles, ou encore dessiner un portrait humain en utilisant les bonnes proportions pour placer efficacement les yeux, les sourcils, le nez et la bouche.

Prenez le temps d’apprendre à dessiner ce qui vous intéresse, puis sortez de votre zone de confort pour vous améliorer.

Pour progresser encore plus vite et tout apprendre du dessin au pastel sec, je vous donne rendez-vous sur la page dédiée à mes ateliers de dessin. Vous y trouverez mes cours, et découvrirez des notions telles que le point de fuite ou encore la perspective. En étant conseillé directement par moi-même, vous verrez l’évolution de votre technique de dessin jour après jour.

Sans chercher à égaler des peintres comme Van-Gogh, Gauguin, Cézanne ou encore Picasso, vous verrez qu’avec un peu d’entrainement et de bons conseils, vous vous surprendrez vous-mêmes !

apprendre à dessiner la campagne

Document co-écrit avec Iris Eouzan, artiste peintre 

Comment dessiner la plage de vos rêves en pastel sec ?

Réussir une plage réaliste en quatre étapes

Ah, la plage … Elle nous fait rêver avec son eau turquoise, ses palmiers aux allures tropicales, ces grains de sable qu’on imagine sous les orteils et nous donnent envie de vacances ! Ici, point de coucher de soleil (ce sera l’objet d’un autre article), on commence par plus simple :comment apprendre à dessiner facilement la plage de vos rêves de jour, et avec beau temps tant qu’à faire ?

Que vous soyez débutant, enfant ou adulte, dessinateur du dimanche ou artiste habitué à peindre avec différentes techniques, comme l’aquarelle, la peinture à l’huile ou encore l’acrylique, ce tutoriel est fait pour vous !

Laissez-vous guider à travers cette méthode simple en quatre étapes pour apprendre à dessiner la plage paradisiaque que vous avez en tête.

Etape 1 : le croquis

Quel matériel utiliser ?

Pour la feuille, si vous n’avez pas de matériel spécifique pour le pastel sec, je vous recommande d’utiliser une feuille de papier Canson. Vous pouvez trouver mes conseils de matériel dans cet article dédié aux débutants.

A l’étape du croquis, certains ont le réflexe de vouloir faire le dessin d’esquisse au crayon à papier. Ça marche très bien quand on travaille au stylo, au feutre ou aux crayons de couleurs … mais ne faites surtout pas ça en pastel, car cela laisserait des traces noires qui seront visibles sur le dessin fini. Pour faire un croquis en pastel sec, il faut … des pastels ! Facile à retenir, non ?

Les pastels sont constitués de pigments et de gomme arabique. Suivant la composition, qui varie notamment selon la marque des pastels, ils sont plutôt durs ou tendres. Les pastels durs sont moins friables que les pastels tendres, c’est ce qui les rend adaptés aux croquis. Privilégiez donc pour votre esquisse des pastels durs sous forme de crayons ou les carrés conté. Ils vous permettront de faire des traits précis. Vous pourrez les trouver facilement dans les magasins de loisirs créatifs ou de beaux-arts.

Faire un dessin simple de la plage

C’est le moment de vous lancer. N’appuyez pas trop fort, afin de pouvoir rectifier facilement vos erreurs en cas de besoin.

Adaptez la couleur de votre pastel selon la couleur finale de l’objet dont vous faites le croquis : utilisez du vert pour les arbres, du beige pour dessiner le sable de la plage, du bleu pour l’eau et le ciel. Ainsi, lorsque vous ajouterez les détails et avancerez progressivement la plage que vous dessinez, vous verrez que les contours de votre croquis se mêleront au dessin jusqu’à ne plus pouvoir être distingués du reste : et hop, ni vu ni connu ! Réalisez votre esquisse sans trop entrer dans les détails, contentez-vous de faire des formes simples pour délimiter les différentes zones : ciel, mer, sable et arbres. Les détails seront ajoutés par la suite pour chaque partie du dessin, dans un ordre précis.

Étape 2 : le ciel

Pourquoi commencer par le ciel ?

Pour plusieurs raisons. Déjà, il est en haut de la feuille. En commençant par dessiner en haut de la feuille, vous aurez moins de risque ensuite d’étaler involontairement les pigments en passant la main dessus au moment où vous dessinerez la suite de la plage.

Ensuite, le ciel est l’arrière-plan. Il faut toujours commencer par les éléments du fond, et ajouter ensuite progressivement, plan par plan, ceux qui viennent devant. Ainsi, vous pourrez superposer les éléments et donc éviter d’avoir un liseré blanc autour des éléments. Ici par exemple, les détails des arbres pourront être dessinés par-dessus le bleu du ciel, ce qui assurera une parfaite continuité. Ça donnera aussi par endroits un effet de transparence qui donnera du réalisme, par exemple avec le bleu du ciel qui est visible entre les feuilles des arbres dessinés sur la plage.

Dessiner le ciel

Délimitez au pastel bleu les zones où vous voudrez mettre des nuages. Ne faites pas de cercles ou autres formes géométriques mais tracez le contour de vos nuages avec une succession de petits traits doucement sans appuyer, car les nuages ont des bords flous. Soyez imaginatifs dans les formes, certains nuages ont des angles et d’autres sont plus arrondis.

Ensuite vient la coloration. Utilisez l’aplat du pastel pour colorier toute la partie bleue du ciel. Mettez plus de pigments en haut, moins en bas… Car comme vous l’avez sûrement remarqué, le ciel est toujours plus sombre au-dessus de vos têtes que sur l’horizon. Vous pourrez également ajouter du blanc en bas pour obtenir l’effet clair.

Enfin, les nuages : coloriez-les en blanc. Mélangez ensuite ce blanc au bleu sur les bords pour les zones où le nuage est moins dense et prend donc légèrement la couleur du ciel. Vous pouvez jouer avec les couleurs des nuages en ajoutant quelques teintes chaudes (jaune, rouge ou orange) ou froides (violet, gris …) selon vos envies.

Il vous reste ensuite à lisser le tout et homogénéiser à l’aide de votre doigt, d’un papier, d’une éponge ou d’une estompe selon votre préférence.

Étape 3 : l’île

Le sable

On commence par dessiner le sable de la plage, car c’est la zone la moins détaillée. Utilisez un beige simple, et pensez à bien estomper avec le doigt pour homogénéiser la couleur et cacher les traits de pastel.

Les palmiers

Viennent ensuite les arbres. Utilisez d’abord les couleurs les plus claires : les palmiers ont par exemple du vert très clair et du jaune sur les branches les plus exposées au soleil. Le jaune est une couleur chaude, qui fera comprendre que certaines feuilles sont plus proches de l’observateur que d’autres. Ajoutez ensuite les couleurs plus sombres, qui correspondent aux branches et feuilles qui sont à l’ombre. Évitez dans la mesure du possible le noir : si vous avez du vert foncé, du bleu de prusse ou du gris de Payne, c’est mieux.

Ne cherchez pas à dessiner les palmiers un par un, sauf ceux qui sont isolés. Lorsqu’ils sont groupés, c’est la masse qu’il faut savoir dessiner. Vous pourrez ensuite en détailler quelques-uns sur le devant pour faire comprendre à quoi correspond cette masse de vert sur la plage dessinée. Vous pouvez dessiner des palmiers sombres et mettre du jaune dessus pour les branches éclairées par le soleil. Ajoutez également quelques troncs d’arbres. Certains sont très penchés, c’est ce qui donne le « look » caractéristique des palmiers en bord de plage.

N’oubliez pas l’ombre sous les arbres, sur la plage. Pour dessiner les ombres, je recommande d’utiliser du gris-bleu très foncé et légèrement coloré ; par exemple le gris de Payne est très adapté. Vous pouvez finir en ajoutant des touches de blanc sur les zones les plus claires pour les faire ressortir.

Et bien sûr, ici on n’estompe pas ! On a besoin de voir les coups de pastel sur la feuille à cet endroit, car ce sont eux qui donnent les détails du feuillage. Vous pouvez en revanche estomper les zones d’ombre au pied des arbres pour unifier cette zone et faire ressortir les branches au-dessus.

 

Conseils supplémentaires

Comment faire une retouche au pastel ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le pastel offre de bonnes possibilités de corrections en cas d’erreur. Donc si vous souhaitez modifier votre œuvre, pas de stress : vous pouvez utiliser un pinceau pour retirer dans un premier temps délicatement le surplus de pigments, ou utiliser un petit outil tout simple que je vous décris dans ce petit tuto très simple. La gomme mie de pain est ensuite un bon outil pour effacer ce qu’il reste de couleur. N’utilisez jamais de gomme normale au pastel, car ça laisserait des traces sur le papier.

Apprendre et progresser pas à pas

Gardez en tête que vous êtes en phase d’apprentissage du dessin. Ne cherchez pas à faire un dessin compliqué dès le début, au risque de vous décourager si le résultat n’est pas à la hauteur de vos espérances.

Soyez créatif et surtout … entrainez-vous ! Vous vous améliorerez à chaque essai, et pourrez ensuite augmenter la difficulté en ajoutant par exemple un coucher de soleil, dessiner des personnages, ou pourquoi pas adapter à la saison : des fleurs au printemps, des citrouilles à Halloween, et pour l’hiver un bonhomme de neige, un pingouin et un Père Noël avec ses rennes ! Ça peut vous paraitre amusant mais après tout, c’est votre dessin … à vous et vous seul de décider ce que vous voulez y représenter.

Conclusion

Quatre étapes suffisent pour dessiner la plage de vos rêves :

  1. Le croquis : utilisez directement les bonnes couleurs
  2. Le ciel : coloriez les zones bleues, estompez puis détaillez les nuages
  3. La plage : dessinez le sable en beige, puis les palmiers en détaillant quelques branches
  4. L’océan : mélangez du bleu et du vert, et foncez les zones plus profondes

Si vous rencontrez des difficultés pour certaines parties de ce dessin, par exemple la plage ou le détail des branches d’arbre, retrouvez mes conseils ici dans des cours de dessin gratuits. Vous pourrez y poster votre œuvre afin d’avoir mes conseils personnalisés et vous améliorer encore plus vite.

Retrouvez également sur mon blog d’autres tutos pour apprendre à dessiner des animaux (plus précisément un chien ou un chat, mais vous pouvez adapter les conseils pour dessiner un lapin, un éléphant, un lion ou même peindre une licorne), dessiner un portrait, ou encore simplement comment débuter aux pastels secs.

Vous souhaitez aller plus loin et apprendre comment dessiner un corps humain avec les bonnes proportions, vous inspirer de peintres tels que Van-Gogh, Gauguin, Cézanne, Picasso, découvrir ce qu’est un point de fuite, comment dessiner avec la bonne perspective … ou même faire des dessins de mangas, vos super-héros préférés, un Pokémon, la reine des neiges ou même Bob l’éponge ? Choisissez des cours personnalisés avec des techniques de dessins adaptées à votre niveau. Pour cela, je vous donne rendez-vous sur la page dédiée à mes ateliers de dessin. Vous pourrez notamment découvrir mes cours, être conseillés directement par un professeur et voir l’évolution de votre technique de dessin jour après jour.

Comment dessiner un portrait de femme au pastel sec ?

Du croquis à la mise en couleur, les étapes pour réussir votre dessin

Comment dessiner un visage avec réalisme ?

Que vous soyez un artiste débutant ou confirmé, il est toujours délicat d’apprendre à dessiner un portrait réaliste de femme, qu’elle soit jeune ou âgée, de profil, souriante, triste…

Cet article a pour vocation de vous donner les bases pour dessiner une femme vue de face, savoir proportionner le croquis sans être un pro de l’anatomie, choisir les couleurs pour les différents éléments ou encore peindre les yeux.

Découvrez l’univers du portrait humain et laissez-vous guider pour progresser pas à pas.

Le fond

Soigner un portrait, c’est également soigner le décor. Il faut y penser dès maintenant, car le matériel que vous utiliserez dépendra du rendu final que vous voulez. Par exemple, si vous ne souhaitez pas dessiner un fond autour de votre portrait de femme, je vous conseille de travailler sur une feuille de couleur.

Évitez cependant les papiers de couleur verte ou jaune : pour dessiner les portraits de femme, d’homme ou même d’animaux, je préconise plutôt d’utiliser du papier dans les tons bleus, gris ou encore sépia.

Pour savoir comment dessiner un paysage, je vous invite à aller voir l’article dédié à ce sujet.

Inutile d’entrer dans les détails du paysage avant même d’avoir dessiné le sujet principal, je vous conseille plutôt d’avancer les deux en parallèle : le paysage et le personnage.

Mais tout en gardant à l’esprit que le sujet principal de votre dessin est le portrait de la femme, donc je vous recommande de faire un paysage flou pour qu’il ne prenne pas le dessus sur le reste.

 

Bien proportionner le croquis

Le croquis est une étape importante, il vous permettra de bien vérifier les proportion et positions des différents éléments avant de commencer la mise en couleur. Avancez donc pas à pas, en vérifiant à chaque étape que vous avez bien placé tous les éléments. Attention à ne surtout pas utiliser de crayon à papier, utilisez des crayons pastel pour avoir de la précision.

Par ailleurs, si vous êtes débutant, évitez de dessiner le portrait d’une femme que vous connaissez personnellement… cela rendra le travail trop émotionnel et plus difficile car il sera difficile d’avoir une ressemblance parfaite.

 

portrait de femme aux pastels
dessiner femme

La forme du visage

Nous avons tous une forme de visage différente. Commencez par déterminer quelle sera la forme du visage de votre sujet : plutôt ronde ? Triangulaire ? Ovale ? Mâchoire carrée ? Menton large ? Pommettes saillantes ? Dessinez les contours de ce visage, placez juste les traits de construction sans vous soucier des détails tels que les oreilles, les cheveux ou le cou. Pour l’instant, seule la forme de la tête importe.

Chaque dessinateur et portraitiste a sa manière de dessiner. Si vous avez un une photo de référence, aidez-vous de cette image pour déterminer la bonne forme. Si vous avez décidé de dessiner un portrait de femme à main levée, sans modèle, voici une petite technique simple pour débuter :

Tracez un cercle, puis un deuxième un peu plus petit en plaçant le centre légèrement en-dessus du premier cercle. Il vous suffit ensuite de relier les deux comme sur le dessin ci-dessous. Si vous vous trompez dans les traits, vous pouvez rectifier en utilisant une gomme mie de pain pour gommer.

 

Situer les éléments du visage

Vient ensuite le placement des différents éléments du visage, qui peut se révéler parfois difficile. Si vous suivez votre modèle, prenez par exemple les mesures à l’aide de votre crayon pour les reporter sur votre dessin. Vous pouvez également utiliser la technique du quadrillage, que je décris plus précisément dans mon article sur le portrait animalier.

Si vous avez commencé la technique des cercles, tracez une ligne horizontale au centre du premier cercle, puis coupez de nouveau chacune des moitiés en deux. Cela vous donnera les emplacements des différentes parties à dessiner sur le portrait de la femme : le trait horizontal du haut correspond à la limite haute des cheveux, tandis que le trait du bas vous donne l’emplacement des yeux. Eh oui, c’est si bas que ça ! Si vous ne me croyez pas, vérifiez par vous-mêmes dans un miroir : vos yeux sont bien situés vers le milieu de votre tête.

Dessinez ensuite le nez, dont le bout arrive au niveau de la fin de notre gros cercle, puis la bouche qui se situe au centre du petit cercle.

Si vous avez de la difficulté avec la symétrie, tracez en guise de repère une ligne verticale au centre de la tête pour vous guider.

 

Détailler les yeux, le nez et la bouche

N’oubliez pas qu’il s’agit ici d’un croquis : n’entrez pas trop dans les détails, schématisez simplement les contours de chaque partie du visage.

Les yeux sont difficiles à dessiner car il faut essayer de les faire les plus symétriques possibles. Notez que la distance entre les deux yeux correspond approximativement à la largeur d’un œil, facile à retenir ! Tracez les yeux en forme d’amande, assurez-vous que vous les avez dessinés de la même taille et au bon endroit avant de les détailler et d’ajouter les sourcils, les paupières, les cils, les cernes sous les yeux, etc…

Pour le nez, représentez seulement les narines. L’arête du nez prendra du volume une fois les ombres ajoutées. Enfin, dessinez rapidement : commencez par la ligne centrale, zone de jonction entre la lèvre supérieure et la lèvre inférieure, puis tracez les lèvres au-dessus et en-dessous.

Vous pouvez également ajouter les oreilles de profil, si elles ne sont pas cachées par les cheveux. Celles-ci doivent être alignées avec les yeux nez en haut, et arrivent au niveau des narines en bas.

Enfin, vérifiez bien les proportions de votre esquisse avant de commencer la mise en couleur. Éloignez-vous du dessin, ou retournez-le pour le regarder à l’envers. Cela vous donnera un regard nouveau, et vous permettra de voir des erreurs que vous n’aviez pas vu auparavant.

Si vous rencontrez des difficultés avec la réalisation de votre croquis, je vous invite à rejoindre les cours de pastels que je propose sur ce sujet. Vous y aurez un accompagnement personnalisé, car je corrige les schémas de mes élèves autant de fois que cela est nécessaire, pour m’assurer qu’ils partent sur de bonnes bases avant de passer à la mise en couleurs.

 

La mise en couleurs

Quelles couleurs pour la peau ?

Contrairement à ce qu’on a tendance à penser au premier abord, la peau n’est pas constituée que d’une seule couleur. En réalité, elle est composée d’une multitude de couleurs qui sont dues aux différentes ombres, mais également à l’environnement : par exemple, si la personne est dans une pièce aux murs jaunes, cela donnera une teinte jaunâtre à sa peau.

Commencez par prendre le temps de déterminer les zones d’ombre, et les zones de lumière qu’il vous faudra pouvoir dessiner sur le portrait de femme. Les endroits foncés devront être coloriés avec des teintes plus foncées et froides (bleu, violet, etc…), tandis que les zones de lumière seront rehaussées de couleurs chaudes pour les mettre en avant (jaune, rouge, orange, …). Si vous ne savez pas quelle est la différence entre une couleur chaude et une couleur froide, je vous invite à lire l’article que j’ai écrit sur l’art d’associer les couleurs entre-elles.

Il n’y a pas de règle générale pour savoir par quoi commencer lorsque l’on dessine un portrait de femme. Pour ma part, j’aime commencer par les yeux, puis je m’attaque aux zones sombres, comme les lèvres, les paupières, les narines … et aux zones claires. Cela donne rapidement l’allure générale du dessin et aide à voir très vite le différent relief, pour ajuster facilement par la suite les couleurs. Le beige et le rose saumon sont ajoutés par la suite, et mélangés aux couleurs déjà présentes sur le dessin, pour donner la couleur de peau. Pensez à bien estomper les couleurs (avec une estompe ou les doigts) pour avoir des dégradés qui donneront l’effet lisse de la peau sur les parties comme les joues, le front ou encore le menton.

Zoom sur le regard

Les yeux sont importants lorsque l’on dessine un portrait, de femme ou de n’importe quel humain. On dit que si le regard est réussi, alors le portrait est réussi et le reste importe peu. Ce n’est pas vrai à 100% bien sûr, mais c’est vrai qu’un regard réaliste donne tout de suite vie au personnage.

Placez d’abord la pupille et le contour de l’iris. Ajoutez ensuite les différentes couleurs souhaitées, en commençant par les mettre de façon grossière avant d’affiner petit à petit. Plus vous avancez dans le portrait de façon générale, et plus il vous faudra être minutieux pour ajouter les détails.

Pensez au reflet dans le regard : il s’agit de la petite zone de blanc, une touche lumineuse, qui donnera l’effet humide et lisse de l’œil. Ces points de lumière seront à prévoir sur les lèvres aussi, puisqu’elles sont également humides.

Faut-il dessiner les cheveux un par un ?

Il parait qu’on a entre 100 000 et 150 000 cheveux sur la tête… Alors non, on ne va pas s’amuser à tous les peindre un par un. Seuls certains cheveux seront dessinés individuellement, mais il s’agit uniquement des derniers cheveux sur le dessus de la tête, de la frange ou encore des mèches qui encadrent le visage de la femme dont on dessine le portrait.

Pour représenter les cheveux, je vous conseille donc de commencer par mettre une couche de couleur un peu sombre et non détaillée. Ajoutez ensuite une couche plus claire avec des traits grossiers, et travaillez les zones d’ombre et de lumière. Gardez les détails pour la fin, en ajoutant des cheveux individuels par-ci par-là. Même une femme bien coiffée a des cheveux qui s’échappent du chignon ou des mèches qui sortent de derrière les oreilles… Ajouter des détails de ce type rendra votre portrait plus réaliste.

Améliorer son niveau pas à pas

Il est difficile de savoir parfois quelles couleurs utiliser pour dessiner correctement un portrait de femme, et dans quel ordre les appliquer. Un article ne suffirait pas à vous expliquer tout cela concrètement, car cela dépend de la situation, l’environnement de la personne, de ce que l’on cherche à faire ressortir, etc… A chaque portrait ses couleurs. Dans les cours, je vous détaille les couleurs que je conseille pour chaque situation, en vous donnant très exactement les numéros des pastels, ainsi que leur marque.

L’objectif est d’adapter le conseil au dessin, et d’adapter la difficulté du dessin à l’élève. Les cours de portrait en ligne vous permettent ainsi d’apprendre à dessiner un visage réaliste avec une progression pédagogique jusqu’à faire des portraits compliqués. Cela vous évite le sentiment d’échec et laisse votre motivation intacte portrait après portrait.

Un suivi personnalisé, avec corrections individuelles, vous aide à avancer comme si vous aviez un prof à vos cotés. 

 

Conclusion

Voici les étapes pour réussir à dessiner un portrait de femme réaliste au pastel sec :

  • Préparez votre croquis en dessinant déjà la forme de la tête de votre sujet
  • Déterminez les emplacements des éléments du visage : les yeux, le nez, la bouche, les oreilles
  • Faites leur croquis sans le détailler, attention à faire les deux yeux de la même taille
  • Déterminez les zones d’ombre et de lumière de la peau, et les couleurs à utiliser
  • Obtenez l’effet lisse de la peau en estompant les couleurs
  • Travaillez les yeux et les lèvres en prenant soin d’ajouter des reflets
  • Dessinez la chevelure en travaillant les ombres et les lumières
  • Ajoutez les détails à la fin, notamment quelques cheveux rebelles

Et surtout … entrainez-vous !

Plus vous oserez, plus vous vous améliorerez jusqu’à arriver à faire un dessin réaliste. Pour progresser plus vite, accédez aux différents cours que je propose. Vous y trouverez tous les conseils pour réussir une peau réaliste, dessiner des cheveux crédibles, ou encore donner vie à un regard. 

L’art de dessiner des paysages au pastel sec

L’art de dessiner des paysages au pastel sec

Débutant ou confirmé, découvrez les astuces pour peindre tout type de paysage

Comment apprendre à bien dessiner facilement l’environnement dans lequel vous êtes en vacances .

Vous aimez la nature qui vous entoure et aimeriez pouvoir la représenter dignement sur votre feuille de papier ?
Ou avez trouvé une belle photo d’une plage et son coucher de soleil et vous demandez comment pouvoir dessiner ce magnifique paysage au pastel ?
Pas besoin d’être diplômé d’une école d’art ou de prendre des cours intensifs de dessin, vous êtes au bon endroit !

Découvrez dans cet article les bases du dessin, comment représenter simplement n’importe quel paysage : une plage, une montagne, des rochers ou encore une prairie parsemée de coquelicots, jonquilles et autres fleurs printanières. Ici je vous explique comment sélectionner votre matériel, par quoi commencer, ou encore les différentes techniques pour donner de la profondeur à votre dessin de paysage pour le rendre réaliste.

dessiner les paysages

Bien choisir son matériel de dessin

Pour tout type de dessin, que ce soit pour dessiner des paysages ou autre chose, pour dessiner dehors ou à l’intérieur, il est important de savoir sélectionner son matériel avec soin.

Le pastel a l’avantage de ne pas demander beaucoup d’investissement lorsque vous débutez. Il vous suffira de prendre du papier à dessin canson, veillez bien à choisir le type “C” à grain 180g/m2, afin d’avoir du papier rugueux qui accrochera le pastel.

Concernant les pastels, vous pouvez commencer par une boîte de pastels de chez Faber-Castell, ou encore choisir des pastels Jaxell. Ces deux marques ont l’avantage de proposer des produits de qualité pour un tarif raisonnable.

Retrouvez l’article « avec quel matériel commencer » ICI

Si vous avez déjà un bon niveau en pastel sec et un peu plus de moyens financiers, vous pouvez investir dans du papier spécifiquement prévu pour le pastel sec, comme le Pastelcard ou le Pastelmat, et dans des pastels plus hauts de gamme comme les Sennelier, les Schmincke, les carrés contés, etc…

Matériel spécial extérieur :

Pour mes stages, je demande de prendre :

  • une table de camping pliable,
  • un minimum de pastels : coffret paysage par ex.
  • un chevalet de table,
  • un chiffon et une bouteille d’eau, pour pouvoir se rincer les mains par moments..
  • un siège si on travaille assis.
  • un parasol

Nous véhiculons le matériel dans une voiture et nous nous garons dans des endroits accessible.

Commencez par faire un croquis

Le croquis, ou esquisse, est un dessin rapide et non détaillé qui permet de fixer les contours des différentes parties de votre dessin. Il doit être réalisé au pastel classique ou au crayon pastel, mais surtout pas au crayon à papier ou au stylo car tous deux laisseraient des traces. Délimitez les zones qui seront de différente couleur : la montagne du ciel, la plage de la mer, la prairie des collines l’entourant, etc… Assurez-vous que les proportions sont bien respectées, car il sera difficile de les rectifier une fois le dessin du paysage commencé. Il existe plusieurs techniques qui ont fait leurs preuves pour réussir à proportionner un dessin, par exemple en dessinant des formes géométriques simples que l’on peut « mesurer » avec les bras, comme ci-dessous, ou avec un crayon, une règle, qui sert de gabarit. 

comment dessiner un paysage

C’est parti pour la mise en couleur !

Première étape : la base du dessin

Commencez par distinguer les ombres et les zones de lumière du paysage que vous souhaitez dessiner.
Mettez des couleurs sombres pour les ombres, des plus claires pour le reste.
Faites des formes simples, il s’agit de mettre simplement la première couche de pastel. Ne cherchez pas à trop entrer dans les détails, ne posez que la couleur principale sans vous soucier des petites nuances et des détails qui seront ajoutés dans un second temps sur le paysage dessiné. L’herbe est verte, la mer et le ciel sont bleus, …
Une fois la première couche terminée, vous aurez une belle vue globale de votre tableau.

Deuxième étape : ajoutez les détails et nuances

C’est le moment de faire preuve d’un bon sens de l’observation et du détail. Reprenez votre tableau, et ajoutez petit à petit les éléments de votre dessin de paysage. Travaillez également les nuances, tâchez de distinguer les différentes tonalités qui se cachent. Un nuage blanc n’est jamais tout à fait blanc, il aura des nuances de gris, jaune, voire rose ou orange en fin de journée. Un arbre vert aura peut-être des nuances de bleu dans son feuillage, ou d’orange au niveau des cimes lorsque le soleil se reflète dessus.
Les finissions peuvent être réalisées avec des pastels tendres, pour avoir plus de luminosité. 

Quelques techniques bien utiles …

Obtenir un bel effet de profondeur

C’est le moment de vous parler des températures. Les couleurs froides (telles que le bleu, le violet ou le vert) donnent un effet de “distance” à l’élément concerné. Au contraire, les couleurs chaudes (rouge, orange et jaune) vont donner un effet de proximité.

Ainsi, ajouter des couleurs froides à l’arrière-plan et des chaudes au premier plan vous permettra de donner de la profondeur au paysage que vous dessinez. Par exemple : si vous souhaitez faire avancer visuellement très légèrement un buisson par rapport à un autre, il vous suffira d’ajouter de très légères touches de jaune ou orange dans celui qui doit passer devant, et du bleu dans le buisson voisin que vous voulez éloigner de l’observateur. Et le tour est joué ! Pour donner une différence plus nette (un buisson beaucoup plus près que l’autre), il vous faudra travailler sur les détails et la taille : le buisson à l’avant sera beaucoup plus détaillé et plus gros que celui qui est à l’arrière.

L’estompage, le roi des jolis effets

L’estompage, c’est l’art de mélanger ou atténuer des couleurs qui sont déjà sur le papier. Cela permet d’adoucir une nuance trop soutenue, retirer quelques pigments d’une zone spécifique, flouter une zone ou créer un beau dégradé.

Vous pouvez pour cela utiliser un chiffon, une estompe, ou encore tout simplement … vos mains ! La paume de la main est en effet bien pratique pour mélanger ou estomper de grandes surfaces, tandis que les doigts vous permettront d’être plus précis. Cela peut également se faire avec un petit colour-shaper, qui vous permettra de mélanger les pigments de surface sans altérer les couches profondes du paysage dessiné.

la gomme mie de pain. Il s’agit d’une gomme particulièrement tendre et malléable, que vous pouvez trouver dans des magasins de loisirs créatifs ou de beaux-arts par exemple. Je m’en sers pour estomper sur les petites surfaces. Vous pouvez lui donner la forme voulue, par exemple faire une pointe pour travailler plus finement.

 

Réparer des erreurs

Vous avez fait un écart dans votre dessin de paysage ou souhaitez modifier un élément ? Pas de panique, c’est possible de faire des corrections. Pour cela, commencez par utiliser un pinceau pour retirer en douceur les pigments de la zone concernée du paysage. Attention à être délicat : en appuyant trop fort, vous risquez d’ancrer les pigments dans le papier. Le pinceau vous permettra de retirer déjà une bonne partie des pigments. vous pourrez ensuite remettre du pastel par-dessus. 

N’essayez pas de gommer, même avec une gomme mie de pain, hormis quelques traits du croquis. La gomme écrase vos couleurs… optez sans hésiter pour le pinceau. 

Une fois la majorité des pigments retirés, vous pouvez ensuite faire votre correction sur la zone. Très vite, l’erreur ne se verra plus du tout.

Savoir dessiner quelques paysages courants

La mer

Faire un dessin paysager avec des vagues ou même un océan peut se révéler assez technique pour les débutants. Commencez par tracer la ligne d’horizon, et déterminez s’il y aura des vagues, un phare, une plage, des bateaux, des nuages, etc… Tracez les contours de tous ces éléments. Ajoutez ensuite les couleurs, tout d’abord sans détailler. Notez bien que la mer n’est pas faite d’un seul bleu … utilisez les différentes teintes que vous avez à disposition. Des teintes de vert viendront se mêler à l’eau, et pourquoi pas de violet ou de jaune.

S’il y a un phare, des rochers ou encore des nuages, gardez bien en tête que la mer va se refléter sur ces éléments. Il est donc nécessaire, pour les ancrer dans le tableau, de mettre des nuances de bleu dedans.

Enfin, l’effet d’écume des vagues est obtenu avec du blanc travaillé en demi-cercle et cerné de gris foncé. Plus l’écume est proche de l’observateur, plus elle est détaillée.

Découvrez ici à titre d’exemple la vidéo d’un dessin de vague en speed painting : https://www.youtube.com/watch?v=pKUa4xc7nmI. 

La montagne

Les dessins de paysages montagnards sont assez techniques à réaliser, c’est un excellent exercice pour gérer les ombres et les lumières. C’est par ces ombres et lumières que vous donnerez l’effet imposant des montagnes, et surtout leur relief escarpé.

Après avoir tracé le contour des montagnes, il est donc important dès les premières couches de distinguer les zones d’ombres. Elles seront réhaussées de bleu marine ou de gris de Payne pour donner l’effet de profondeur. Les zones de relief, et surtout les parties les plus proches de l’observateur, peuvent être nuancées avec de l’orange et du jaune, tandis que les montagnes les plus lointaines seront envoyées à l’arrière-plan à l’aide de bleu clair.

Les détails des arbres aident également à faire comprendre cette profondeur : des arbres plus grands et plus détaillés seront dessinés sur les montagnes au premier plan, et progressivement ces arbres seront plus petits et moins détaillés au fur et à mesure que les montagnes s’éloignent. Attention, les arbres ne sont présents que jusqu’à une certaine altitude dans les montagnes. Ensuite, il n’y a plus que du caillou.

 

La prairie

Lorsque vous apposez les couleurs de la prairie, souvenez-vous qu’elle n’est pas constituée que d’une seule nuance de vert. Comme pour les autres paysages, vous trouverez des teintes de bleu, de jaune, d’orange … Commencez par les tons sombres, puis ajoutez avec des pastels plus clairs les détails de l’herbe dessus. Ainsi, vous aurez l’effet d’ombre des brins d’herbes derrière ceux que vous dessinez. Pensez à bien détailler vos brins d’herbes au premier plan, ainsi que les fleurs.

Plus la prairie s’éloigne, plus elle se teinte de couleurs froides et les fleurs deviennent de simples points colorés de plus en plus petits.

En ce qui concerne les fleurs, vous pouvez découvrir dans cette vidéo la réalisation d’un coquelicot : https://www.youtube.com/watch?v=x28HpsXOExY.

Le coucher de soleil

Ah, merveille de la nature que le coucher de soleil !

Pour savoir le dessiner, comme pour la mer commencez par déterminer votre ligne d’horizon. Où le ciel s’arrête-t-il ? Au-dessus d’une mer, d’un champ, d’une maison, d’une forêt … ? Tracez bien ces éléments, afin de les travailler ensuite séparément. Déterminez également si votre soleil est sur le dessin, et si oui où il est positionné. S’il n’est pas tout à fait couché, il sera représenté par un rond jaune clair. S’il est plus bas, et déjà partiellement caché à l’horizon de l’océan, alors on optera pour de l’orange voire du rouge.

Le choix des couleurs du ciel autour est ensuite important : plus on s’approche du soleil, et plus elles deviennent jaunes. Sur la ligne d’horizon, en s’éloignant du soleil on trouvera donc du jaune clair, puis orangé, et enfin des teintes de rouge. Plus haut, vous pourrez ajouter du violet, du rose, et tout en haut même de l’outremer pour représenter la partie du ciel qui n’est plus éclairée par le soleil. Les couleurs se fondent les unes dans les autres : utilisez votre estompe ou vos doigts pour créer des dégradés très progressifs.

Attention, si vous mettez du jaune sur le bleu… cela fera du vert… 

Une fois le ciel terminé, vous pouvez vous attaquer au reste du dessin. Rappelez-vous que le ciel se reflète sur les autres éléments : les nuages sont rosés et orangés, mais également les maisons, les arbres, etc… Lorsque le soleil se couche, l’environnement tout entier se pare de magnifiques couleurs chaudes.

GRATUIT

un module de 8 cours en vidéos pour :

Réaliser vos premiers tableaux de paysages.

 

Conclusion pour dessiner un paysage

Dessiner un paysage quel qu’il soit requiert un ensemble d’étapes et de petites techniques qui vous permettront de bien maitriser l’ensemble de votre beau dessin.

  • Commencez par choisir du matériel adapté
  • Tracez ensuite le croquis rapide au pastel sec ou crayon pastel
  • Faites une première couche colorée peu détaillée
  • Ajoutez les détails et les nuances
  • Utilisez la technique de l’estompage pour mélanger vos couleurs ou les atténuer
  • Les couleurs froides éloignent le sujet, les chaudes le rapprochent
  • Plus un élément est proche de l’observateur, plus il sera détaillé

Et enfin, entrainez-vous ! Tenez un carnet de voyage lors de vos déplacements, dessinez les paysages qui vous entourent chez vous ou en voyage… même un dessin rapide est source d’apprentissage. Et pour aller plus loin, perfectionner votre technique ou apprendre de façon plus détaillée à dessiner un paysage spécifique, découvrez les ateliers gratuits de pastel en ligne.

En suivant les cours en ligne, PAYSAGES,

vous apprendrez les bases et serez totalement à l’aise pour dessiner sur le motif, où que vous soyez. Les cours sont par abonnement, et vous pouvez les trouver ICI 

Vous pouvez aussi participer aux stages. Ils sont annoncés sur les onglets en haut du site. Vous apprendrez à dessiner, avec un prof à vos cotés. 

 

Dessiner aux pastels secs : méthode pour débutants

Dessiner aux pastels secs : méthode pour débutants

Dessiner aux pastels: du matériel à l’oeuvre finale

  • Vous êtes un artiste désireux de découvrir un nouvel outil ?
  • Vous débutez complètement en dessin et souhaitez en savoir plus sur le pastel ?
  • Vous avez reçu une boîte de pastels secs pour votre anniversaire et vous demandez comment les utiliser ?

Alors vous êtes au bon endroit !

Dans cet article, je dépoussière vos notions de pastel pour vous aider à choisir votre matériel et vous apprendre à dessiner facilement au pastel, et ce quel que soit votre niveau.

Pourquoi dessiner aux pastels secs ?

Quels sont ses avantages ?

Personnellement, j’aime le pastel sec parce que c’est un matériau noble au même titre que la peinture à l’huile, et surtout très polyvalent.

Quel que soit votre style il s’y adapte : réalisme, abstrait, hyperréalisme, figuratif, etc… tout est possible !

Cette polyvalence est due à la forte concentration en pigments des pastels. Plus vous appuyez, plus la couleur se voit et sera couvrante. Cela permet de créer des mélanges de couleurs, des effets de fondu, de transparence, de dégradé, mais également de superposer des couches plus facilement qu’en aquarelle ou au fusain.

Un autre avantage nous vient des fabricants, qui déclinent le pastel sec sous plusieurs formes : PanPastels, crayons, carrés contés, pastels durs, bâtons de pastels tendres … A chaque situation son pastel ! Vous pouvez ainsi choisir l’outil le plus adapté à vos besoins du moment et réaliser de gigantesques formes floues ou au contraire des détails très minutieux.

Et les inconvénients, on en parle ?

Je ne vais pas vous mentir, il y en a quelques-uns … A commencer par la poussière. Le pastel sec est poudreux par nature, comme une craie. Il ne faut donc pas craindre de se salir les mains lorsque l’on dessine au pastel. Mais je vous rassure, ça part très bien au savon !

Un autre inconvénient à citer est le prix, qui peut vite grimper lorsque l’on décide d’acheter des produits hauts de gamme. Mais je vous explique ci-dessous comment dessiner au pastel sans vider son compte en banque …   

 Choisir le bon matériel quand on débute

Les pastels sont principalement composés d’un mélange de gomme arabique et de pigments. Il existe une multitude de marques, ayant chacune ses spécificités. Alors, comment s’y retrouver dans tout ça ?

Je débute … je prends quoi ?

Si vous débutez complètement au pastel sec, nul besoin d’investir dans du matériel professionnel et cher.

 

Concernant les pastels secs,

Les assortiments en boîtes de demi-pastels couleurs de chez Faber-Castell sont parfaits pour commencer.

On y trouve suffisamment de teintes pour se lancer, et la qualité est au rendez-vous pour un prix tout à fait raisonnable. On peut faire déjà beaucoup de choses avec ces coffrets. Les pastels Jaxell sont sympas et peu onéreux aussi.

Zoom sur les différents types de pastel

Pour aller plus loin dans votre choix de fournitures, il vous faut déjà savoir faire la distinction entre des pastels durs et des tendres.

 Les pastels durs

Ils sont utilisés pour faire des traits plus nets et fins. C’est le cas des crayons pastel, ou encore des carrés Conté.

Les pastels tendres

Au contraire, les pastels tendres sont plus couvrants, ils ont une texture plus onctueuse. C’est le cas des bâtonnets Sennelier ou encore Schmincke.

Entre les deux, on trouve des pastels semi-durs et semi-tendres, comme les Faber-Castell ou les Jaxell.

Pour les différencier en magasin, il suffit de … les toucher ! En les passant sur les doigts, vous verrez rapidement la différence : un pastel dur marquera peu, tandis qu’un pastel tendre marquera beaucoup et rapidement. C’est aussi simple que ça.

Quel papier pour pastel choisir ?

Concernant le papier, il est important de comprendre qu’il faut du relief sur la feuille pour accrocher le pastel et lui faire tenir la feuille. On distingue deux catégories de papiers : les alvéolés et les abrasifs.

Vous pouvez commencer dans un premier temps avec du papier à dessin canson « C » à grain 180g/m2. La notion « à grain » est très importante : si le papier est lisse alors le pastel n’accrochera pas. Il n’est pas nécessaire que le papier soit blanc, car le pastel recouvrira très bien la couleur. Au contraire, une feuille colorée peut vous aider à avoir des effets sympas avec les pastels dans votre dessin, ou vous éviter d’avoir à peindre un fond autour de votre sujet.

 

Le papier Canson entre dans la catégorie alvéolée. Il s’agit du papier le plus abordable, qui permet déjà de faire de beaux dessins au pastel. Si vous souhaitez aller plus loin, le papier abrasif est plus rugueux, comme du papier de verre. Il donne un rendu nettement supérieur … mais à un prix bien plus élevé. Pour en savoir plus sur cette catégorie de papiers, vous pouvez consulter mes articles décrivant deux papiers très utilisés : le pastelcard et le pastelmat.

Quelques règles de base pour dessiner aux pastels

L’utilisation des pastels

Si vous souhaitez dessiner avec des pastels durs mais aussi des tendres, commencez par les plus durs pour finir avec les plus tendres sur les touches finales. Essayez dans l’autre sens, vous verrez que ça marche nettement moins bien !

Mais vous pouvez également choisir de n’utiliser qu’un seul type de pastels pour votre dessin. Tout dépend de ce que vous souhaitez représenter.

Les Panpastels sont très utiles pour faire de grandes surfaces ou représenter une surface lisse. Ils s’utilisent avec des éponges spécifiques. Au contraire, pour des zones de détails comme le pelage d’un animal ou les détails d’un œil, utilisez préférentiellement les crayons ou l’arrête des bâtonnets. Cela vous permettra d’avoir plus de précision et de minutie.

 Travailler proprement

Je l’ai déjà dit, le dessin au pastel fait beaucoup de poussière. Cela rend le travail parfois compliqué, car on a tendance à poser la main sur le dessin puis la déplacer et emmener les pigments avec. Et là, adieux le joli fond qui était propre et immaculé ! Sans compter que cela peut gâcher les parties du dessin qui ont déjà été faites car les couleurs vont s’étaler au contact de la main.

 

Le Chevalet

C’est un outil primordial pour dessiner aux pastels.

Certaines personnes, au départ, ont un peu de mal à l’utiliser, mais il devient tres vite indispensable.

 

Je vous propose deux astuces complémentaires.

Avancer le dessin dans le même sens que votre main

Si vous êtes droitier, commencez à dessiner avec votre pastel en haut à gauche et finissez en bas à droite. Ainsi, votre paume de main ne sera jamais appuyée sur des zones déjà colorées. Les gauchers, vous l’aurez compris, doivent faire l’inverse : commencer en haut à droite et finir en bas à gauche. Mais cette technique ne s’applique que si vous terminez tout le dessin d’une traite : pas question de revenir sur un détail en haut une fois que vous avez fini le dessin. Ou alors, il vous faut opter pour la stratégie numéro 2.

Stratégie numéro 2 : le papier cristal

Cette deuxième astuce consiste à glisser un papier cristal entre votre paume et le dessin, et le tour est joué !

Il suffit de garder le papier toujours sous la paume de la main, et vous pourrez ainsi promener votre main partout sur le dessin sans risquer de le gâcher. Si vous déplacez le papier, il est prudent de l’essuyer avec un chiffon doux pour ne pas transporter des pigments un peu plus loin. 

Attention de bien prendre du papier cristal car tout autre papier absorbera des pigments. 

 

Et si le fond est quand même sali ?

Si des pigments se sont tout de même déposés là où il ne devait pas y en avoir sur le dessin, vous pouvez commencer par essayer de les enlever en soufflant avec le petit outil que je vous présente ci-contre.

Attention de ne pas souffler dessus. vous risquez de postillonner, et votre salive aura l’effet inverse : elle fixera les pigments sur la feuille de papier.

S’il en reste après ça, vous pouvez estomper avec une gomme mie de pain.

N’utilisez pas de gomme classique, qui laisserait d’affreuses traces sur le papier et surtout, abîmerait votre papier. 

 A vos marques … prêts … dessinez !

Si vous souhaitez vous lancer avec des tutos en vidéos,

je vous invite à découvrir le module de cours GRATUITS ci-contre

Accès au module GRATUIT

Amusez-vous !

L’esquisse

Les esquisses sont une partie importante du processus de dessin au pastel. Ce sont elles qui déterminent les proportions de votre dessin, soignez bien cette partie de l’œuvre.

Commencez par dessiner un croquis de votre future œuvre, en délimitant les contours de votre sujet. Attention à ne JAMAIS utiliser de stylo ou de crayon à papier : le pastel n’accrochera pas dessus et cela laissera des traces. Faites le croquis directement au crayon pastel si vous en avez un, ou avec un pastel classique. Utilisez une couleur qui se rapproche de celle de votre sujet, afin que le croquis soit ensuite complètement recouvert par votre dessin et ne soit plus visible.

croquis aux pastels secs

 

Une fois le croquis terminé, pour le vérifier vous pouvez éloigner le dessin de vous, le regarder sous un autre angle (en le retournant tête en bas par exemple) etc… pour avoir une vue d’ensemble et essayer de voir s’il est bon. Personnellement, j’aime prendre le dessin en photo pour le voir en tout petit format sur l’écran de l’appareil, et ainsi voir si je décèle des erreurs.

 

Le dessin

Une fois que votre esquisse est vérifiée et juste, vous pouvez attaquer les premières couches. Si vous avez plusieurs types de pastels secs à votre disposition, commencez par les plus durs, et gardez les pastels tendres pour les dernières couches.

N’hésitez pas à utiliser des couleurs variées, même dans les zones noires ou blanches de votre dessin au pastel. Des teintes de bleu clair ou de jaune dans les parties blanches, des nuances de mauve, violet ou bleu foncé dans les zones noires, etc… Privilégiez le gris de Payne pour réaliser les ombres, car le noir aura tendance à ternir le dessin. Les effets de brillance et de luminosité seront quant à eux obtenus avec des réhauts finaux de blanc.

Les couleurs froides vous aideront à donner de la profondeur à l’arrière-plan, les couleurs chaudes sont plutôt utilisées pour donner du relief au premier plan. Retrouvez sur mon blog un article qui détaille plus précisément l’utilisation et le choix des couleurs dans un dessin réalisé au pastel.

Si vous dessinez des portraits réalistes d’animaux ou d’humains, soignez bien le regard et les détails des zones au premier plan (le museau, le nez, etc…). Ce sont ces détails qui rendront votre portrait réaliste et vivant. Pour en savoir plus sur l’art de dessiner un animal au pastel, consultez l’article que j’ai écrit à ce sujet.

 

Le fixatif

Une fois votre tableau terminé, c’est le moment de se demander s’il nécessite du fixatif ou pas.

Quels dessins au pastel nécessitent du fixatif ?

Si vous travaillez sur papier abrasif ou avec des pastels très durs, inutile de mettre du fixatif. Si au contraire vous avez travaillé sur un papier alvéolé ou avec des pastels tendres, le tableau risque de s’abimer en le déplaçant. Il vaut mieux alors le protéger avec du fixatif.

 

Appliquer du fixatif

Le fixatif est la dernière touche à appliquer à votre tableau. Si vous prenez un mauvais produit ou l’appliquez mal, il risque de tout gâcher et ce serait dommage. Donc privilégiez un fixatif de qualité, vous en trouverez en magasin spécialisé dans les beaux-arts, les arts graphiques ou sur internet.

Un fixatif de marque ne détériorera pas vos couleurs. voir le test ci contre.. 

N’utilisez JAMAIS de laque à cheveux car elle contient des acides et vos couleurs passeront avec le temps. 

 

Pour l’appliquer, suivez la vidéo ci§contre :

installez-vous à l’extérieur ou dans une pièce très aérée.

Tenez l’aérosol à environ 40 centimètres du dessin, pour que le spray se répartisse de façon homogène et ne goutte pas sur votre dessin. N’oubliez pas les coins, pulvérisez bien toutes les zones de pastel de votre dessin. Laissez-le ensuite sécher, ne posez surtout pas vos doigts sur le dessin tant que ce n’est pas sec.

 

Une fois le dessin sec, vous pouvez alors l’accrocher tel quel ou bien l’encadrer sous verre avec un passe-partout. Et voilà, il ne vous reste plus qu’à admirer votre œuvre !

Conclusion pour commencer à dessiner aux pastels secs

Voici un récapitulatif des différentes étapes à réaliser :

  • Choisissez du matériel simple : une feuille de papier canson et une petite boîte de pastels suffisent pour démarrer
  • Travaillez proprement, par exemple avec une feuille de papier sous votre main
  • Faites votre croquis au pastel
  • Les pastels doivent être appliqués du plus dur au plus tendre
  • Les pastels durs vous permettent de faire les détails comme les yeux
  • Utilisez du gris de Payne pour les ombres
  • Jouez avec les couleurs froides et chaudes pour donner de la profondeur à votre dessin
  • Si nécessaire, appliquez du fixatif sur votre peinture

Pour approfondir vos connaissances techniques en dessin au pastel et devenir un vrai pastelliste, découvrez toutes les infos sur mon site https://cours-pastels-secs.com/ et sur ma chaîne youtube 

GRATUIT

un module de 8 cours en vidéos pour :

Apprendre à tenir vos bâtonnets

Découvrir encore d’autres astuces.

Réaliser vos premiers tableaux