Enfin des pastels au musée du Louvre

Vous vous demandez si vos pastels se conserveront sur le long terme? Eh bien, je vous invite à découvrir cette exposition de pastels au musée du Louvre, oeuvres datant du 17e et 18e siècle !

Ces pastels sont remarquablement conservés. Alors bien sur, on ne peut pas savoir si les artistes ont mis la couleur telle que l’on peut la voir de nos jours, mais on se rend compte qu’elle tient bien sur le papier. Les couleurs en sont encore bien nettes et franches. Je n’ai pas remarqué d’endroit où le pastel aurait pu se détacher (comme parfois l’huile qui aurait mal séché) . Et je n’ai pas lu que ces œuvres aient été restaurées. En conclusion, je peux affirmer que nos pastels seront encore là dans 300 ans… pas nous ! 

 

Je vous invite à lire l’histoire passionnante des pastels à partir du 16e siècle. 

Plusieurs peintres ont osé introduire du pastel dans leurs portraits dessinés à partir du 17e siècle. Mais ce n’est qu’à la fin de ce dernier que Joseph Vivien et Le Brun commencent les premiers portraits intégralement aux pastels, et cela, dans des dimensions égales au peintures à l’huile . Les critiques d’art de l’époque trouve le pastel plus frais, plus brillant et s’approchant plus de la couleur de la peau des modèles. Joseph Vivien reçut même des commandes de la famille royale à partir de 1699.
Robert de Cotte, premier architecte du roi et François Girardon

En 1720 et 1721, Rosalba Carriera (1673 – 1757),

Portraitiste pastelliste renommée en Italie, fit un séjour à Paris et eut une grande influence sur les artistes de l’époque.

Elle réalisait des portraits semi-terminés, comme s’il s’agissait d’étude. Elle savait garder de la fraîcheur et des transparences intéressantes.

Elle influença notamment Gustav Lundberg Pastels de Jean Marc Nattier
et Jean Marc Nattier. (1685 – 1766) et Jean Marc Nattier. (1685 - 1766)

Maurice Quentin de la Tour (1704-1788)

En 1737, Maurice Quentin de la Tour présente certains de ces portraits au Salon, exposition publique du Louvre. Ce qui a impressionné, c’est la ressemblance physique, mais aussi l’esprit ou le caractère de ses modèles. Il fut appelé « le prince des pastellistes » meme si d’autres avaient bien du talent aussi comme Jean Etienne Liotard, Jean Baptiste Siméon Chardin ou encore Jean-Baptiste Perronneau. pastel de De la tour 3 pastels de De la Tour

2 pastels de De la Tour

voici son auto-portrait :

autoportrait de la Tour

Jean Baptiste Perronneau (1715-1783)

Jean Baptiste Perronneau pastels

L’effigie du directeur de la manufacture royale de draps fins.

Jean Baptiste Simeon Chardin (1699-1779)

Lorsque ses yeux furent trop abimés par le plomb des pigments de la peinture à l’huile, il ne travailla plus qu’aux pastels. Voici son autoportrait : autoportrait Jean Baptiste Simeon Chardin

En 1746, les critiques encensaient les pastellistes pour les tons et l’aspect mat des pastels, reproduisant la nature et la peau humaine. Seulement, les peintres à l’huile, jaloux et hostiles, réussissent à convaincre l’académie de ne plus recevoir de pastellistes.

Bref. La clientèle aimait toujours le pastel et d’autres artistes connaissent du succès, comme, Simon-Bernard Lenoir, Joseph Ducreux, Joseph Boze ou Louis Vigée.

 

Jean Baptiste Greuze ( 1726- 1805)

IL travaille plus en peintre qu’en pastelliste, mouillant la matière, l’écrasant en épaisseur et l’utilisant comme s’il s’agissait d’huile.

jean Baptiste Greuze au Louvre

Simon Bernard Lenoir (1729-1791)

Il représente ici son ami, l’acteur Henri Louis Caïn dit Lekain jouant dans une tragédie de Voltaire « Zaïre »

Pastel de Simon Bernard Lenoir

Joseph Boze (1745-1826)

En 2 ans, à partir de 1785, l’artiste réalise 14 exemplaires du portrait de la Comtesse de provence… portrait aux pastels de Joseph Boze

Portrait de Charles Ferdinand Duc de Berry duc de Berry par Boze

Joseph Ducreux (1735-1802)

Dame âgée.

Ducreux et dame agée

Les restaurateurs ont retrouvé sous un portrait, contrecollées sur un chassis, plusieurs des académies (essais) qu’il avait dans son atelier.

ducreux pastel d'un nu

En 1770, une femme est admise à l’Académie Royale de peintures pour ses pastels : Marie suzanne Giroust. Les membres de l’académie limitent à 4 le nombre de femmes, ces messieurs se sentaient menacés par les talents féminins…

 

Marie-Suzanne Roslin née Giroust (1734-1772)

pastel de Marie Suzanne Roslin

Elisabeth Louise Vigée (1755-1842)

Elisabeth Louise Vigée

Peu à peu, le pastel s’éteint dans les années troubles de la fin du 18e siècle, au profit des miniatures, plus facilement transportables.

La peinture à l’huile devint privilégiée mais certains artistes continuent malgré tout. Nous remarquons comment le style à changé en 100 ans..

John Russell (1745- 1806)

pastel de John Russell au Louvre

Pierre Paul Prudhon (1758-1823)

pastel de Prudhon au louvre

En visitant l’exposition de Delacroix, j’ai trouvé un de ses pastels : Vaste plaine sous un grand ciel au soleil couchant (vers 1849)

pastels de Delacroix au louvre

Je ne vous ai évidemment pas tout montré, histoire que vous alliez visiter l’exposition !

Prochainement, je ferai un autre article sur les techniques utilisées à l’époque, au niveau du papier notamment.
Et vous montrerai quelques gros plans intéressants, notamment  un travail des dentelles particulier… 

 

N’hésitez pas à commenter mon message, et à nous dire votre ressenti lors de votre visite au musée.

Pour ma part, j’ai aimé les explications détaillées de l’histoire du pastel secs en France. 

J’ai admiré les œuvres réalisées avec beaucoup de précision, de détails dans les habillements, dans les physiques, même dans les émotions; on constatait une évolution au fil des années. J’aimais m’imaginer comment les personnages posaient, comment les peintres travaillaient…

Ce passage dans le passé du pastel m’a énormément plut. N’hésitez pas à vous y rendre : Infos sur le musée du Louvre 

Par contre, j’ai été surprise de ne pas trouver de paysage sauf ces 2 là de jean Pillement (1728-1808)

pastel de Jean Pillementpastel de Jean Pillement

Lorsque j’ai écrit l’article sur les pastels Girault, nés en 1780, je n’ai pu m’empêcher de me demander si certain de ces artistes les avaient utilisés. 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

felis amet, sed Donec id Nullam risus. sem, id pulvinar
Aller à la barre d’outils

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :